Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

jensen

jensen Pilote pro
Ses Infos
Inscrit depuis le :
12 janvier 2004
Homme Homme
le 13 mars 1966

Sexe :
Homme

Ville :
GRENOBLE

Statistiques


On parle de moi
NyvetDuPiC
02 novembre 2017 à 22h09
NyvetDuPiC vous a mentionné sur le sujet [Rappel en P.1] Le topic des anciennes croisées dans la rue
Pollux973
31 octobre 2017 à 19h28
Pollux973 vous a mentionné sur le sujet Cette voiture a une histoire peu banale. (Index en page 1)
Profil supprimé
30 octobre 2017 à 21h20
Yid38ky vous a mentionné sur le sujet Les keijidōsha 軽自動車 (ou Kei Car / K-Cars)
Pollux973
27 octobre 2017 à 14h38
Pollux973 vous a mentionné sur le sujet Cette voiture a une histoire peu banale. (Index en page 1)
warlord66
20 octobre 2017 à 14h09
warlord66 vous a mentionné sur le sujet [Topic officiel] Rayton-Fissore Magnum, un SUV italien avant l'heure
NyvetDuPiC
13 octobre 2017 à 19h06
NyvetDuPiC vous a mentionné sur le sujet [Topic officiel] Daewoo - Hyundaï - Kia - SsangYong : Made In Korea
baggy01
09 octobre 2017 à 19h17
baggy01 vous a mentionné sur le sujet Cette voiture a une histoire peu banale. (Index en page 1)
WildOne
05 octobre 2017 à 16h18
WildOne vous a mentionné sur le sujet Cette voiture a une histoire peu banale. (Index en page 1)
Son Live
Le Topic des engins blindés (Index en page 1)
Des chars et des hommes...


Franz Staudegger : Info ou intox ?












Comme un ex-Caporal à moustache de 14-18 qui, pour le malheur de notre monde, fit une "Grande carrière" Franz Staudegger est également Autrichien.

Il voit le jour le 12 février 1923 dans la commune d'Unterloibach, en Carinthie, de parents aubergistes.

Il est l'aîné d'une fratrie de quatre garçons.

Cet élève, pour le moins brillant, est autorisé par ses parents à continuer ses études à Klagenfurt où il suit un cursus que l'on pourrait "comparer de loin" à Sciences-po' et en sort brillamment diplômé en 1940.

A cette époque l'Autriche est intégrée au Reich depuis déjà deux ans et Franz se porte volontaire pour le corps des SS (il n'a alors que 17 ans...)

C'est la Leibstandarte SS Adolf Hitler qui l'accueille en son sein, il se fait vite remarquer dans le bon sens tant dans les cours théoriques qu'à l'entrainement, il faut d'ailleurs reconnaître que cette grande tige de moins de 18 ans qui dépasse déjà les 1,90m ne passe pas inaperçue par nature, mais son ardeur à "servir le Reich" est plus qu'appréciée.

Un peu moins toutefois par beaucoup de ses camarades qui le considère comme un personnage arrogant voire même carrément "péteux"...


Franz Staudegger sera bien noté par sa hiérarchie, par contre par ses camarades... :(



Son arrivée dans une unité d'infanterie se passe donc assez mal et Franz Staudegger, s'il brille au contact de ses supérieurs, est laissé de côté par tous ses frères d'armes.

Il est en première ligne le 22 juin 1941, jour de l'invasion de l'URSS.

Son caractère pour le moins téméraire (certains le considérait même comme franchement inconscient au front) va lui valoir le 7 juillet une volée de plomb dans la viande... :sic:

Grièvement blessé il se retrouve hospitalisé pour une durée assez longue, à priori jusqu'en février/mars 1942, époque où il est décoré de l'insigne des blessés et promu au grade de SS-Sturmmann (équivalent de Caporal) avant d'obtenir sa mutation dans les blindés.

Il y suit une formation jusqu'à la fin de l'année avant d'intégrer une unité de Panzer III d'ailleurs dirigée à cette époque par un certain Michael Wittmann...

En février 1943 il retourne au front et participe activement à la reprise de la ville de Kharkov, ce fait d'arme lui vaut d'être nommé SS-Unterscharführer (Sergent) et de recevoir le Croix de Fer de deuxième classe.

Un court répit lui permet de prendre le commandement d'un Tigre avant d'être expédié en juillet 1943 vers la bataille de Koursk.


Le Tigre, terreur des alliés ! Tout char vaguement aperçu dans un fourré était nécessairement "un Tigre" pour les soldats...




Toujours aussi "tête brûlée" il met les nerfs de son équipage à rude épreuve à plusieurs reprises et passe en fin de compte plus de temps à l'arrière pour faire réparer sa machine qu'au front et ce d'autant que les chars Russes sont de plus en plus nombreux et d'une qualité que n'imaginaient pas les Allemands deux ans auparavant.


Le T34 sera une très mauvaise surprise pour les envahisseurs : Blindage incliné, moteur Diesel...




C'est un soir de "réparations tardives" que Franz est autorisé à rejoindre son unité, il fait désormais nuit noire mais les échanges-radio avec sa hiérarchie lui confirme que l'endroit est relativement calme et que le Tigre peut revenir malgré l'obscurité.
Roulant tout de même prudemment il semble remarquer sur la piste devant lui "quelque chose qui ressemble" à un char à l'arrêt... :??:

Impression confirmée par de petites lueurs rougeâtres qui émanent des pots d'échappement !

Furieux d'avoir été à deux doigts "d'emplafonner" un tel inconscient qui ne l'a ni vu ni entendu arriver Staudegger sort de sa tourelle et remarque enfin ce qui semble être le Bordführer en train de fumer une clope assis sur sa tourelle, il va pour lui gueuler dessus mais...
Par chance c'est ce dernier qui interpelle Franz avant qu'il n'ouvre la bouche, et c'est en Russe ! :eek:

Le Tigre vient de s'arrêter à trois mètres d'un T34 !

En une fraction de secondes Franz à compris qu'il n'aura pas le temps de faire pivoter sa tourelle, de toute façon l'ennemi est trop près, il saisit alors une grenade et parvient à la lancer dans une trappe ouverte du T34 sans que personne en face ne réagisse...

Explosion, gerbes de flammes...

Le paysage s'illumine alors, bien assez pour voir qu'un second T34 est juste devant son malheureux équipier.

Staudegger saute alors de son char, monte sur les superstructures de son ennemi et parvient juste devant une trappe au moment où l'équipage à la mauvaise idée de mettre le nez dehors pour voir ce qui se passe ! :pfff:

Nouvelle explosion...

Le Tigre décampe au plus vite, ses servants conscients qu'ils n'auront peut-être pas autant de chance si un troisième T34 se trouve dans les parages.

De retour en unité les deux victoires nocturnes seront confirmées, ce qui vaut à Staudegger la Croix de fer de première classe.







Mais l'histoire (du moins l'officielle...) ne s'arrête pas la. :non:

Le 8 juillet de furieux combats ont lieu du côté de Teterevinov.
Les ordres sont de percer vers la localité de Vessely mais les unités Soviétiques ont eu le temps d'organiser leur défense, avec la mise en place de canons enterrés et de chars embossés à défilement de tourelle.

Même si la cuirasse d'un Tigre est épaisse les nombreux coups encaissés par ces derniers, s'ils ne les mettent pas hors de combat, les endommagent gravement et une fois de plus le comportement téméraire de Staudegger vaut à son blindé nombre d'avaries... :sic:


Pour conserver un minimum d'efficacité sur le terrain un Tigre demandait une maintenance très (et même trop) rigoureuse, nombre d'entre-eux seront perdus non au combat mais à la suite d'ennuis mécaniques.



Deux Tigre retournent alors sur Teterevinov pour réparer : Celui de Franz est le moins touché et pourrait reprendre le combat assez vite, mais des fantassins arrivent pour signaler qu'une meute de T34 est bien partie pour contourner la 13.SS-Panzer Kompanie voire même l'encercler.

Staudegger signale alors qu'il part non pas vers sa compagnie en danger mais plutôt en direction des T34 afin de les arrêter.

Le Tigre parvient sur une ligne de défense faite d'une voie ferrée, c'est alors qu'il aperçoit deux blindés ennemis en train de franchir l'obstacle au ralenti.
L'occasion est trop belle pour les Allemands qui voient les deux T34 leur offrir leur Talon d'Achille : Le soubassement !

Ils n'iront pas plus loin : Pulvérisés tous les deux à leur point faible...





Engagé au delà de la voie ferrée l'équipage voit alors cinq autres chars avancer sous le couvert d'un sous-bois, il ne faut pas trois minutes pour qu'ils ne soient plus que chaleur et fumée malgré une riposte qui ne touchera pas le Tigre.

Le combat a rameuté d'autre chars Russes et cela va désormais se jouer à "au moins 30 contre 1" dixit la légende !

Staudegger est un chef de char efficace, il ordonne à son pilote de rester toujours en mouvement et SURTOUT de ne présenter que l'arc avant du Tigre à l'ennemi, la partie le mieux protégée de l'engin.
Et si effectivement les T34 parviennent à mettre plusieurs coups au but jamais la cuirasse ne sera percée, les obus faisant le plus souvent ricochet.

Par contre le 88mm du Tigre va faire un vrai carnage dans le camp d'en face : 15 victimes en moins de deux heures !







Les Soviétiques se replient alors et Staudegger, qui selon toute logique aurait du rester sur place et "tenir" le terrain dans l'attente des renforts, va se lancer à leur poursuite.

Cinq T34 se sont embusqués au fond d'une ravine, les équipages sont alors sortis de leurs engins et semble discuter de ce qu'ils viennent de vivre, estimant sans doute être à l'abri de la contre-attaque d'un char isolé.

C'est pourtant ce qui va arriver et Franz leur expédie tous les obus perforants qu'il lui reste...

Quelques chars sont encore repérés dans les environs et une volée d'obus explosifs leur fera vite comprendre que le salut est dans la fuite ! :D

Cette fois-ci le pilote a le dernier mot : le moteur est en surchauffe, le carburant baisse et le manque de munitions fait que le Tigre doit impérativement rejoindre ses lignes, c'est ce qui sera réalisé sous les Hourras des Landsers qui, le temps que Staudegger intervienne, avaient déjà expédiés ad-patres deux T34.

Le "score final" se monte donc à 22 chars ennemis détruits en une seule journée par un seul char, ce qui est plus que conséquent.

La nouvelle est rapidement connue et le Führer lui-même tient à féliciter ce jeune sous-officier de 20 ans, on lui octroi la Croix de Chevalier tandis qu'un accueil triomphal est réservé à Franz lors de son retour dans son village natal où une Volkswagen lui sera même offerte par la municipalité.

La suite sera moins glorieuse... :o

On retrouve Franz en Normandie en juin 1944 ou, comme tous les équipages Allemands, il ne fera guère d'étincelles car le terrain se prête mal à la puissance des Tigre.

Il est aussi partie prenante lors de l'offensive des Ardennes de décembre 1944, cette fois-ci aux commandes d'un Tigre II avec la même "efficacité" qu'en Normandie.

Il est ensuite retiré du front avec la mission d'étudier la mise en application "d'armes expérimentales", c'est à ce poste que la fin de la guerre le surprend.

A priori il n'est pas inquiété malgré son statut de SS et peut rapidement reprendre une activité professionnelle.

Il reste plusieurs années à la DB (la SNCF Allemande) comme agent d'exploitation puis entre au début des années 60 dans un cabinet d'assurances.

Il est diagnostiqué atteint d'un Cancer du Larynx en 1989 et meurt le 16 mars 1991 à Francfort, juste après avoir fêté ses 68 ans et sans jamais avoir été ni marié ni père de famille.

Peu agréable, à cheval sur les principes et surtout d'une rare arrogance pour tous ceux qui l'on connu Franz Staudegger n'a pas laissé un souvenir impérissable dans l'histoire de la dernière guerre malgré un "fait d'arme" pour le moins extraordinaire et une personnalité fanfaronne qui aurait du, logiquement, le laisser sur le devant de la scène.

Des recherches sérieuses effectuées ces dernières années par des passionnés d'histoire ont peut-être révélées un "Loup" : La fameuse attaque du 8 juillet 1943 n'a laissée aucune trace tangible dans les Bundesarchiv... :bah:

De là à penser que la Propagandastaffel du Dr Goebbels à montée en graine un simple coup d'arrêt d'une contre-attaque Russe il n'y a qu'un pas que beaucoup franchissent désormais. :o

Par contre l'histoire des grenades lancées dans les deux T34 est bel et bien confirmée. :jap:



 :coucou:
Sur le forum Les clubs le 21 novembre 2017 à 19h43
Cette voiture a une histoire peu banale. (Index en page 1)
Ah ben tiens, tépabète touah ! :ddr:



==========> Rancho


==========> Air quatorze
Sur le forum Pratique le 15 novembre 2017 à 14h10
Cette voiture a une histoire peu banale. (Index en page 1)
Citation :


Bonjour.

Tout d'abord un GRAND BRAVO pour ce topic que je suis depuis quelques temps.Toujours très intéressantes toutes ces histoires... :love:

Il me semble,mais j'ai peut etre revé,qu'il y a eu un sujet sur le Matra/Talbot Rancho.Je ne retrouve pas la page et ce n'est pas indiqué sur l'index
page 1 :??: .

Si quelqu'un peu d'aider... :jap:


 :coucou:



Non, je n'ai rien fait sur la Rancho ici car j'avais déjà initié un "Topic officiel" il y a une bonne dizaine d'années sur le forum, il doit être possible de le retrouver sur le chapitre "anciennes" en section Youngtimers.

Après la Rancho, c'est comme la R14 : Je me tâte sur la pertinence de refaire un truc ici compte-tenu de l'impact conséquent de ce Topic. :voyons:
Sur le forum Pratique le 15 novembre 2017 à 14h03

Pas encore de commentaire.

Mon activité sur Caradisiac
Son activité sur Caradisiac
Ses derniers avis déposés
Ses derniers commentaires
Aucune activité
A la une
A la une
Le bloc "A la une" vous permet de personnaliser votre espace comme vous le souhaitez. Ajoutez du texte, des photos, des vidéos ou des liens vers vos sujets préférés, pour les partager avec qui vous voulez !

Albums photo

 
Copyright © Car & Boat Media - Tous droits réservés

Caradisiac, 1er site d’actualité automobile : info auto en continu pour découvrir les dernières nouveautés dans le domaine de l’automobile avec tous les essais de voiture et d’accessoires (GPS, radars, tuning). Evaluez au mieux la valeur de votre véhicule avec la cote auto gratuite et consultez également nos guides d’achat neuf et occasion afin d’effectuer votre achat en toute tranquillité.