jensen

jensen Pilote pro
Ses Infos
Inscrit depuis le :
12 janvier 2004
Homme Homme
le 13 mars 1966

Sexe :
Homme

Ville :
GRENOBLE

Statistiques


Alerter les modérateurs
On parle de moi
Pollux973
27 juin 2016 à 19h54
Pollux973 vous a mentionné sur le sujet Cette voiture a une histoire peu banale. (Index en page 1)
Mouss-35
22 mai 2016 à 21h53
Mouss-35 vous a mentionné sur le sujet Cette voiture a une histoire peu banale. (Index en page 1)
Tomcraft
12 mai 2016 à 08h49
Tomcraft vous a mentionné sur le sujet Cette voiture a une histoire peu banale. (Index en page 1)
Tomcraft
03 mai 2016 à 08h33
Tomcraft vous a mentionné sur le sujet Cette voiture a une histoire peu banale. (Index en page 1)
Pollux973
03 mars 2016 à 18h32
Pollux973 vous a mentionné sur le sujet Le Topic des engins blindés (Index en page 1)
NyvetDuPiC
06 février 2016 à 19h00
NyvetDuPiC vous a mentionné sur le sujet RENAULT 21 & NEVADA [Topic officiel]
Tomcraft
20 janvier 2016 à 08h04
Tomcraft vous a mentionné sur le sujet Cette voiture a une histoire peu banale. (Index en page 1)
Pollux973
02 janvier 2016 à 13h03
Pollux973 vous a mentionné sur le sujet Cette voiture a une histoire peu banale. (Index en page 1)
Son Live
Cette voiture a une histoire peu banale. (Index en page 1)
ROTINOFF : Les camions les plus rares au monde. [:axelay:19]










Rotinoff ? :voyons:

Encore un "Machintruc" que Jensen est allé nous chercher de l'autre côté de l'ex-Rideau de fer ça ! :o

Et bien non ! :hihi:
Pour faire la connaissance de cette marque de légende il nous suffira de traverser la Manche ! :buzz:

George Rotinoff était un ingénieur sans grande sympathie pour le Paradis Socialiste qui décide de "passer de l'autre côté" à la fin des années 20, époque probable où il quitte sa Biélorussie natale pour s'installer dans la Perfide Albion.

A l'issue du dernier conflit mondial il est impressionné par les capacités des camions Américains Diamond T que nos libérateurs avaient amené en Europe avec eux.


Le légendaire Diamond T de l'armée US.




Les transporteurs se battant littéralement pour obtenir les exemplaires laissés au titre des surplus George Rotinoff se dit qu'il devrait être possible non seulement de mettre au point un engin plus moderne, mais surtout qu'il avait lui-même les capacités techniques pour en concevoir un encore meilleur.

C'est en 1952 qu'il présente son "Atlantic GR7".

Il est motorisé par un 6 cylindres en ligne Diesel Rolls-Royce C6 CFL, suralimenté à l'aide d'un compresseur Roots.
Sa puissance est estimée, suivant les sources, entre 253 et 275cv à 2100Trs.

Un énorme travail est fourni par Rotinoff sur la transmission, les boites de vitesses de l'époque n'étant pas du tout satisfaisantes il décide d'en concevoir une lui-même. :jap:

Il s'agit d'une boite mécanique entièrement synchronisée à 6 rapports avant et une marche arrière, cette dernière étant épaulée par une boite-transfert à 3 gammes "maison".
Cela donnait donc 18 rapports avant et 3 arrière décomposés en "long", "normaux" et "courts".

Par contre les ponts arrières (seuls à transmettre la puissance sur la route, l'essieu avant est uniquement directeur ce qui fait des Rotinoff des 6x4) sont des Kirkstall à réduction secondaire dans les moyeux.

Officiellement le Rotinoff est donné pour un poids total roulant de 142 tonnes mais ainsi équipé un Atlantic est parfaitement capable "d'arracher" 200 tonnes en palier, il en fera la preuve plusieurs fois et ce malgré une puissance que nous considérons, nous les enfants gâtés du 21éme siècle, comme franchement modeste...

Pour faire la promotion de son engin George Rotinoff décide de prêter les premiers exemplaires sortis de son usine de Colnbrook (pas loin de Londres) aux professionnels du secteur.
En concurrence directe face aux Scammel, Thornycroft, Atkinson et Foden locaux déjà bien implantés dans le paysage Britannique l'Atlantic fait mieux que bonne figure ! :fier:

Le premier client de la jeune marque est Sunter's, un spécialiste anglais du transport exceptionnel.


Première vente.





Vite jeté dans l’arène...









L'armée Britannique est intéressée par un achat massif de porte-chars et met en concurrence durant huit mois un Atlantic et un Thornycroft Antar.
Très loin de démériter le Rotinoff est pourtant écarté au seul motif que le gouvernement a des doutes sur la pérennité de la jeune entreprise, tout simplement... :bah:

Pourtant le fondateur de la marque ne se démoralise pas.
Mieux, il propose dès 1955 son camion à l'armée Suisse qui lance elle-aussi un appel d'offres pour une dizaine de porte-chars capables de tracter le tout nouveau MBT Britannique Centurion qu'elle vient d'acquérir.

Est-ce grâce à la motorisation Rolls-Royce présente aussi sur le char ou tout simplement grâce aux qualités intrinsèques du véhicule ?
Tant et si bien qu'un premier contrat pour quelques Atlantic GR7 est signé ! :bien:


Un Rotinoff et son Centurion dans les Alpes.





George Rotinoff ne se repose pas sur ses lauriers et décide de mettre au point une version plus puissante, dotée d'un 8 cylindres en ligne toujours à compresseur du même constructeur et développant, la aussi suivant les sources, entre 333 et 366cv à 2100Trs : Le Super Atlantic.

La Suisse signe dès la présentation de l'engin le 02 août 1957 pour la fourniture d'au moins cinq véhicules ainsi gréés, ils seront livrés en 1958.








La photo n'est pas d'une grande qualité mais elle permet de donner une idée de la taille du camion...









Quelques temps auparavant deux exemplaires très différents ont été construits et exportés vers... L'Australie !

Il s'agit de porteurs-remorqueurs 6x4 baptisés Viscount.

Ils avaient été mis au point afin de satisfaire la demande d'un grand éleveur bovin du pays : La société Vestey.







Les deux véhicules, livrés fin 1957 et baptisés localement Jackie et Julie, étaient équipés du 6 cylindres Rolls-Royce C6 CFL réglé à 250cv et secondé par une boite de vitesses aux rapports "tirant plus long" autorisant une vitesse de 75km/h.
Ils avaient été étudiés pour tracter deux voire trois remorques à travers l'Outback, de quoi faire voyager plus de 70 bovins d'un seul coup.
La cabine était d'un dessin complètement différent.
Durant plusieurs années ils traverseront le pays, supportant une charge de 60 voire 65 tonnes avec des étapes quotidiennes de 800km sur des pistes plus ou moins sommaires.


L'intérieur d'un Viscount, moderne pour l'époque...





La seule chose qui leur fut reproché était une certaine faiblesse de la transmission, qui nécessitera plusieurs interventions.

Mais cela n'empêchera pas l'un des deux engins d'être encore en service (occasionnel) en... 1982 avec plus de 2,4 millions de kilomètres au compteur !

Il n'y a pas d'ailleurs que les Australiens à se plaindre de la transmission Rotinoff puisque le premier Atlantic vendu à Sunter's sera débarrassé de sa boite mécanique d'origine au profit d'une semi-automatique Self Changing Gear assez rapidement après sa mise en service.

Le Super-Atlantic est quand à lui impressionnant :

-9,33m de long
-3,00m de large
-3,40m de haut






Son poids à vide est de 21,750kg !

Afin de ne pas "en rajouter" concernant la largeur les portières sont coulissantes.
La direction est très bien assistée et les freins franchement puissants, tant et si bien que tous ceux qui ont eu la chance de se succéder au volant font état d'un engin certes énorme mais surtout très facile à conduire comparativement à sa taille et la concurrence.
La vitesse de pointe théorique sur le rapport le plus long est de 64km/h, mais on demande surtout à un tel engin de transporter "du lourd" sur grande distance, la vitesse étant un critère plus que secondaire dans ce cas. :o

Ses deux réservoirs de 290 litres lui autorisent une autonomie d'environ 365km en charge.







C'est à priori une bien belle histoire qui commence, George Rotinoff ayant en plus de ses compétences mécaniques un bon sens du commerce il est clair que sa marque devrait pouvoir compter auprès des spécialistes du transport lourd des années 60.

Hélas ce Monsieur quitte notre monde brutalement en 1959... :(

Pris au dépourvu et ne parvenant pas à rassembler les projets en cours (Mr Rotinoff avait "tout dans la tête" et ne s'embarrassait pas avec de la paperasse) les enfants ne se sentent pas de reprendre les rênes de l'entreprise, et ce d'autant qu'ils ont parfaitement conscience de ne pas avoir les compétences techniques de leur père. :bah:

L'affaire est vendue début 1960 aux établissements Lomount Construction Ltd. une grosse entreprise Britannique de BTP qui envisageait de produire ses propres véhicules mais l'histoire fait long feu et en décembre de la même année Rotinoff est revendu à son concurrent Atkinson.
Ce dernier met à son catalogue l'Atkinson Atlantic, qui n'est rien d'autre qu'un Rotinoff rebadgé...


Le catalogue Atkinson de 1961, le camion n'y fera qu'une très courte apparition.




Le nombre d'exemplaires que la firme va vendre ? Suivant les sources entre "très peu" et "zéro" (chiffre désormais certain). :o

En fait Atkinson était à cette époque totalement obnubilé par la mise au point de son Oméga, un concurrent direct des Rotinoff en six roues motrices.
Mal foutu, peu fiable et hors de prix l'Oméga sera un échec total pour son constructeur, qui n'en vend que cinq avant de jeter l'éponge.


Dans la série "il aurait mieux valu se casser une jambe que de commercialiser ce truc" voici l'Oméga : Un ratage absolu ! :o




On pense que le rachat de Rotinoff avait surtout pour but de "supprimer" un concurrent gênant.

Personne de nos jours ne discute le fait qu'Atkinson aurait été bien plus inspiré de jeter son Oméga aux orties et de poursuivre avec la série des Atlantic, mais on ne refait hélas pas l'histoire. :non:

Les années passent...

Les Rotinoff quittent la scène les uns après les autres, c'est du moins ce que l'on pense.
Après tout la marque n'existe plus depuis longtemps et les engins fabriqués, certes de très grande qualité, n'étaient à priori que fort peu nombreux alors... :o

Il faut attendre 1981 pour que l'espoir renaisse.

Cette année-la un amateur Britannique de camions anciens, Mr Walker, apprend par un de ses contacts qu'un Rotinoff Super-Atlantic serait à vendre en Suisse.
Pensant y trouver une épave rongée par le temps il fait le déplacement et découvre que le camion provient des stocks de l'armée Fédérale.

En vérité :

-Il fait partie du lot fabriqué et expédié là-bas en 1958

-Il a 17 000km "certifiés d'origine"

-Le moteur a été totalement reconditionné lors du vingtième anniversaire de l'engin

-Il n'a de toute évidence JAMAIS SERVI sérieusement, étant resté toute son existence dans les réserves de l'armée

-Il dispose encore de l'intégralité de son lot de bord : Chaînes à neige, cales, outillage... Tout est flambant neuf ! [:daf corp:2]

L'achat est promptement réalisé et le camion rapatrié en Grande-Bretagne.

C'est d'ailleurs à cette époque qu'on apprend que les Suisses auraient conservé tous les véhicules achetés, soit une dizaine.

Pourquoi n'est-on pas plus précis ? :??:

Tout simplement parce que, comme je l'ai déjà écrit, les archives de la société Rotinoff sont pour ainsi dire inexistantes et à cette époque encore dénuée d'Internet les amateurs n'arrivent que difficilement à entrer en contact les uns avec les autres, tout juste voit-on apparaître dans la presse spécialisée quelques annonces du genre "Cherche camion de marque Rotinoff, état indifférent, contacter le journal qui transmettra".

Les premiers enthousiastes vont d'ailleurs joyeusement s'étriper concernant le nombre exact d'engins produits.
C'est bien simple personne n'est d'accord ! :ddr:

Les uns disent 50 Atlantic et 12 Super Atlantic, les autres parlent de 35 engins fabriqués au total (tous oublient les deux Viscount Australiens d'ailleurs).
Il faudra que l'un d'entre-eux parvienne à trouver dans les archives (bien tenues celle-ci !) de la maison Kirkstall disparue en 1974 le nombre exact de ponts arrières livrés pour que tous s'accordent sur un chiffre : 40.


La vérité serait donc celle-ci (sous réserves) :

-26 Atlantic
-12 Super Atlantic
-2 Viscount

A priori un chassis non terminé serait tombé dans l'escarcelle d'Atkinson mais nul ne sait si le camion fut terminé ou ferraillé, de plus un prototype de Dumper aurait été mis au point par George Rotinoff quelques semaines avant son décès mais il était mécaniquement très différent du reste de la production (et personne ne sait ce qu'il est devenu).

Le succès de Mr Walker auprès des amateurs de camions est tel que les Suisses sont littéralement harcelés soir et matin par des collectionneurs qui sont près à mettre une fortune sur la table pour récupérer les autres engins achetés en 1958.
Ce a quoi l'armée répond que les Super Atlantic sont toujours dans les effectifs de la réserve fédérale et ne seront disponibles qu'à partir de 1991, date de leur retrait définitif du service.
Ce sera chose faite en temps et en heure ! ;)

C'est donc durant les 90's que la marque refait surface et comble de bonheur de nombreux collectionneurs, et ce d'autant plus que l'arrivée du Net va révéler une nouvelle incroyable : Les Australiens ont toujours leurs deux Viscount ! :)


Bon d'accord...
"Un peu fatigués" ! :D



Mais le climat sec du pays a évité le pire.




Certes ils sont désormais à l'état d'épaves mais ils intéressent tellement de monde que l'on décide de les mettre à l'abri dans l'espoir d'en restaurer au moins un dans un proche avenir.
Ce sera chose faite, les deux engins seront récupérés par le musée des transports d'Alice Springs au centre du pays et "Julie" va alors passer de longues années en restauration pour être de nouveau comme neuf en 2010, "Jackie" restant en l'état dans les réserves.



 :sol:





Il y aurait donc 12 "survivants" en 2016 :

-L'armée Helvétique en a conservée deux : Exposés dans les musées de Reuenthal et Burgdorf


Reuenthal







-L'Atlantic de Sunter's est dorénavant dans le Musée des Sciences de Londres


Entièrement restauré et à l'abri au Musée des Sciences de Londres cet exemplaire, premier de la lignée. :bien:



-Un Super Atlantic est parti chez un collectionneur Maltais

Cet exemplaire, lui-aussi "ex-Suisse", est dorénavant du côté de La Valette.





-Mr Dave Weedon en possède deux dont celui qui a repris la décoration du "Sunter's" (Immatriculé UAS 347)

La réplique du premier camion vendu.




Et le "Q43 GFR" totalement restauré.



-Mr Jeremy Walker en possède lui aussi deux exemplaires

Dont celui-ci qui fut sans doute le premier Rotinoff récupéré auprès des Suisses en 1981.




-Mr Tony Jorden en a récupéré un (UAS 407) également auprès de la Suisse

Qui a d'ailleurs gardé sa plaque d'origine...




-Un exemplaire expédié à la Jamaïque "à l'époque" s'y trouverait toujours


-Les deux Viscount Australiens


Pour une marque qui aurait du disparaître dans l'anonymat général cela aurait pu être pire... ;)


Je parie que vous ne connaissiez pas les fabuleux Rotinoff, bande d'ignares ! [:biquet12:2]


 :lol:




L'exemplaire du Musée de Burgdorf en mouvement : https://www.youtube.com/watch?​v=qGvwzq7DBYs


Même un Bulldozer ne résiste pas à deux Rotinoff ! : https://www.youtube.com/watch?​v=f4_Mfc9Ccg8


"Julie", le Viscount Australien alors au fait de sa carrière : https://www.youtube.com/watch?​v=Zk-yDVbqP6M



 :fier:




 :coucou:
Sur le forum Pratique le 29 août 2016 à 18h41
Cette voiture a une histoire peu banale. (Index en page 1)
Citation :




Je sais pas si l'info que j'ai est bonne, mais les R14, Alfasud etc etc..... Rouillaient à cause des aciers italiens utilisés alors.
Je crois savoir qu'il y a eu beaucoup de grèves dans la sidérurgie italienne fin des 70's



"Les années de plomb" Italiennes...

Grèves effectivement, mais aussi terrorisme, assassinats en tous genres etc etc... :sic:

Oui les aciers étaient de très mauvaise qualité, et du fait des grèves beaucoup de bobines restaient stockées à l'extérieur à la merci des éléments naturels. :o
Sur le forum Pratique le 25 août 2016 à 14h38
Cette voiture a une histoire peu banale. (Index en page 1)
Citation :


Peut être? La voiture ayant été repeinte, il est possible qu'elle ait été traitée? ;)


Je ne crois pas.

Il me semble que le Dinitrol ne s'appliquait que sur une auto neuve, question de garantie.
Sur le forum Pratique le 24 août 2016 à 18h45

Pas encore de commentaire.

Mon activité sur Caradisiac
Son activité sur Caradisiac
Ses derniers avis déposés
Ses derniers commentaires
Aucune activité
A la une
A la une
Le bloc "A la une" vous permet de personnaliser votre espace comme vous le souhaitez. Ajoutez du texte, des photos, des vidéos ou des liens vers vos sujets préférés, pour les partager avec qui vous voulez !

Albums photo

 
Copyright © Car & Boat Media - Tous droits réservés

Caradisiac, 1er site d’actualité automobile : info auto en continu pour découvrir les dernières nouveautés dans le domaine de l’automobile avec tous les essais de voiture et d’accessoires (GPS, radars, tuning). Evaluez au mieux la valeur de votre véhicule avec la cote auto gratuite et consultez également nos guides d’achat neuf et occasion afin d’effectuer votre achat en toute tranquillité.